Mars 1984: Renault 18 GTX

L’Auto-Journal (France), 15 mars 1984
Banc d'essai: Renault 18 GTX


La R18 GTX, longtemps réservée à l’exportation, arrive enfin en France. Avec l’érosion de ses ventes, la 18 avait besoin de renfort mais est-ce suffisant pour lui donner une nouvelle jeunesse ?
Avec le 2 litres, la GTX joue la carte de la souplesse. Ses caractéristiques sont inchangées : train avant à déport négatif, réglages de suspension de la 18 Turbo, direction assistée en option. Vitesse maximale : 178.5km/h ; 32’5 au 1000m DA. Ces chiffres traduisent une grande vitalité mécanique et les reprises sont excellentes avec une étonnante souplesse en 5ème. Apparemment élevées, les consommations sont normales pour la cylindrée : 7l en conduite économique, 8.3l en conduite plus rapide. La voiture tient bien la route avec les Michelin XVS mais sur revêtement déformé, le train arrière perd de l’adhérence et le freinage souffre d’une efficacité moyenne. La fermeté de la suspension pénalise le confort sur mauvaise route. La mécanique est silencieuse et le niveau sonore peu élevé. 


L’habitabilité est désormais très connue, avec une bonne visibilité, de bons sièges et un équipement complet avec vitres électriques et télécommande infrarouge. L’absence de volant réglable, accessoire peu coûteux, est une lacune sur ce haut de gamme. La carrosserie a fait son temps et souffre de la comparaison avec la nouvelle 25. Le coffre non modulable a une capacité limitée.


CONCLUSION :
Un simple moteur ne fait pas le printemps d’une voiture à l’automne de sa vie, mais pourtant, le 2 litres convient très bien à la 18. Cependant, Renault a trop longtemps gardé ce moteur en réserve et s’est laissé dépasser par les événements car la 25 TS est à peine plus chère…(prix : 67600F ; 25 TS : 73900F)

Le point de vue de madame:
Cette voiture est un véritable meccano : caisse 18, moteur R20, tableau de bord Fuego. La 18 dispose certes d’un bon moteur mais elle prend de la bouteille par rapport aux 11 et 25. Le volant est laid, le tableau a mal vieilli, les confortables sièges sont revêtus d’un beau velours mais l’absence d’aumonières et d’accoudoir central arrière se remarque…En revanche, le « plip » est un progrès immense.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site