Février 1984: R 18 Turbo D

Auto-Moto (France), février 1984
Renault 18 Turbo Diesel : plus vite et plus cher


"On avait enterré un peu rapidement la Renault 18 qui reprend du poil de la bête, grâce, entre autres, à la version spéciale "American" super-équipée et bien présentée, pour un prix raisonnable. Cette voiture contre-attaque aussi avec un tout dernier modèle à moteur diesel turbo. Il fallait s'y attendre. Renault tenait tout prêt ce 2 litres (6 CV), déjà monté sur les 20 et les 30, sur la Fuego, et, bientôt, sur la 25. Dans la caisse légère et aérodynamique de la 18, cet ensemble se signale par ses performances, et surtout par sa nervosité : il fait jeu égal non seulement avec le coupé Fuego, mais avec la Citroën CX diesel suralimenté.


La puissance de ce moteur de 2 068 cm3 passe pour l'occasion de 66 à 88 ch à un régime un peu plus bas (4 250 tr/mn), mais c'est le couple, surtout qui fait un bond considérable en atteignant 18,5 mkg à 2 000 tr/mn. Pour la transmission, on retrouve une boîte cinq rapports, avec une cinquième longue développant 40,3 km/h pour 1 000 tours.

 

Le reste est sans changement : direction assistée, freins à disques ventilés et tambours, suspension à axe rigide à l'arrière, le tout restant proche de la technique des meilleures R 18 à essence. Le poids ne dépasse pas 1 080 kg, soit plus de 200 kg de moins que la Renault 30 de même technique. Au volant, si les accélérations (34 secondes aux 1 000 m départ arrêté) sont réellement étonnantes, ce sont les possibilités de reprises à bas régime qui ne cessent de surprendre, et qu'on apprécie pleinement, davantage que la vitesse de pointe (175 km/h), difficilement utilisable sur route ouverte. Grâce au couple disponible, la 18 TD se maintient aisément à des allures élevées sans que l'on ait pratiquement à changer de rapport.

 

De même, le silence de marche est réel, même à grande vitesse. Autre surprise, les consommations ne se situent qu'à 0,1 l au dessus de celles de la 18 diesel classique, réputée pour sa sobriété, soit 4,8 l à 90 km/h et 6,5 l à 120 km/h. Aucune difficulté à signaler sur la tenue de route, la direction ou le freinage. Toutefois, la suspension pourrait être meilleure sur certains passages difficiles.


De l'extérieur, la voiture se présente de façon identique à la version turbo essence. L'équipement comprend un compte-tours, des vitres électriques, une condamnation des portes avec télécommande, un indicateur de pression du turbo. La version break dispose en plus d'une galerie de pavillon, d'un cache-bagages à enrouleur, d'un essuie-glaces arrière et d'une commande de réglage des phares. De jolies jantes en alliage léger sont proposées en option, avec des pneus 185-65 x 14. La rançon de toutes ces qualités est un prix de vente plus élevé : 80 900 F pour la berline et 85 700 F pour le break. C'est un tarif digne d'une grande routière !"

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site